[Prod.Parallèle] Mécendre

Section pour tous, joueurs de Bloodlust ou meneurs de jeu, sans spoilers ni révélations
Avatar de l’utilisateur
Balt
Messages : 548
Inscription : ven. juin 02, 2017 3:35 pm
Localisation : Brest (29)
Contact :

[Prod.Parallèle] Mécendre

Message par Balt »

Bonjour à tous,

Avec l'arrivée de ce nouveau forum flambant neuf, je me suis dit que c'était une bonne opportunité pour se relancer dans l'écriture, relancer un de ces vieux projets (mais pas trop) concernant la description de lieux suggérés dans la gamme, mais sans réelle matière à exploiter. Un champ laissé vide par nos auteurs pour que l'on puisse mieux s'approprier Tanæphis. Merci à eux pour ces opportunités laissées à notre portée.
Et puis si on dit des conneries vraiment trop grosses, ils pourront nous corriger, recadrer, donner leur avis, si cela les inspire.

Au cas où vous l'auriez râté, voici une liste (aussi exhaustive qu'il m'a été possible de faire) des endroits susceptibles d'être traitées:
https://docs.google.com/spreadsheets/d/ ... edit#gid=0

Voici ma vision de Mécendre, en extended edition de la version publiée sur le Wiki :


Origine
Du temps de l'âge d'or de l'Empire, Mécendre était un village de colons dérigions travaillant dans le bois. La forêt offrait en ces temps toute une panoplie d'essences de bois intéressants à la fois pour la construction et pour l'artisanat. Avec la proximité de la Route des épices et de la Wilkes, le commerce fut longtemps florissant dans la Nation et l'Empire. Certaines essences de bois très rares rivalisaient même avec celles des jungles gadhares.

En danger permanent
La réussite commerciale attira malheureusement les ennuis. Nombre de groupes de Sekekers se cachèrent dans les grottes qui pullulent dans ces bois humides et froids. Inévitablement, Mécendre dut faire face à des attaques de façon répétée. Malgré la pression constante, tout était relativement sous contrôle grâce aux troupes que l'Empire apportait en soutien. De part sa position à l'intérieur des bois, et malgré la clairière naturelle où elle se situait, il était toutefois impossible de la sécuriser de façon stable. L'équilibre entre destruction et prospération ne tenait qu'à la dévotion des patrouilleurs alimentée par l'intérêt pécuniaire suscité par la vente des essences bois rares.
Tout bascula en 738dN. Suite au décès d'un important maitre-épicier et l'incident diplomatique majeur qui s'ensuivit. l'Empire coupa ses crédits pour protéger la région et rapatria ses patrouilleurs. La garnison permanente se réduisit progressivement et la ville finit par subir une attaque de trop de Sekekers, sans quasi personne pour la protéger.
Dans la version officielle, un grand incendie dévasta le village tandis que les furies massacraient tout ce qui tenait sur deux pattes. Il y eut très peu de survivants, et la ville ne se remit jamais de cet assaut. Les conflits politiques du moments prirent le dessus sur l'affaire Mécendre et on l'oublia vite.

Un rapport controversé
Il existe un rapport, quelque part dans les archives de la grande bibliothèque de Pôle, écrit par le du capitaine de la garnison ayant survécu avec quelques-uns de ses officiers. Le rapport fait mention que le village a bien été dévasté par des agresseurs Sekekers mais précise que les agresseurs durent faire face à une menace supplémentaire, animale, voire monstrueuse.
Le rapport fait mention de la présence d'une meute impressionnante de loups particulièrement intelligents, trop pour des animaux. Plusieurs dizaines de loups formidablement coordonnés auraient profité du conflit contre les Sekekers pour s'immiscer dans la bataille et faire un carnage. Le capitaine fait mention d'un froid glacial régnant sur les lieux et d'une brume presque surnaturelle nappant le terrain.
Le militaires décrit avoir ressenti la présence de quelque chose de terrifiant, une créature, un monstre certainement, dont ils n'ont vu que la silhouette. La bête serait quadrupède, peut-être aux formes d'un loup mais de plusieurs fois la taille normale, plus encore qu'un loup des Délinelles. Selon lui, la bête aurait des excroissances sur son dos.
Le rapport n'a jamais eu de suites, mis de côté pour un temps indéterminé. Avec le temps, il fut simplement classé et oublié.

Retour à la nature
Cela fait plus de 300 ans que la nature a repris ses droits. L'ancien village, aux maisons en grande majorité faites de bois, est noyé en grande partie par la végétation et rares sont les murs encore debout. On trouve toutefois quelques bâtissent sans toit, dont les murs en pierre réussissent encore à tenir face à l'assaut des racines grimpantes.
Il règne au village un froid plus cinglant qu’alentour dans le Bois de Mortepente. L'ancien marché couvert en est l’épicentre et on y trouve de nombreux ossements humains. Le lieu donne des sueurs froides à quiconque s'en approche et tous les brigands et Sekekers de passage évitent ce coin autant que possible. Il est réputé comme maudit et contribue, à sa façon, à la mauvaise réputation des Bois de Mortepente.
Le mystère de Mortepente
Massacre du village
Ce que le rapport du capitaine omet de dire, c'est que le militaire en question était porteur d'une Hache-Dieu nommée Backdraft. Spécialisée dans les manifestations pyrotechniques, les pouvoirs de l'Arme-Dieu finirent par embraser le marché couvert et mettre le feu au village. Construit à partir du bois de la forêt alentours, le village entier ne mit pas longtemps avant de brûler. Bien que l'attaque des Sekekers ait évidemment été meurtrière en elle-même, l'incendie causé par le capitaine ajouta une menace supplémentaire, compliquant le conflit, ainsi que la fuite des habitants de la ville. Comme précisé dans le rapport, une meute de plusieurs dizaines de loups féroces et insensibles aux flammes, s'invita dans la bataille et massacra les plus faibles.
Un lieu maudit
La débauche de pouvoirs lancée par Backdraft durant les combats créa une brèche dans le fluide. Une abomination éphémère se matérialisa, prenant une forme bestiale à base de corps morts alentours, hommes, Sekekers et loups confondus. Démunis pour faire face à cette menace supplémentaire, tous ceux qui tentèrent de l'affronter furent massacrés. Acculés et épuisés, le capitaine et ses officiers auraient péri sans l'intervention providentielle du chef de meute de loups. Un animal improbable de Mortepente, un monstre probablement, une rareté dans tous les cas.
L'animal accapara vite l'attention de l'abomination et les rescapés en profitèrent pour détaler, laissant les deux adversaires s'écharper à mort.
Un animal du fond des âges
L'animal venu porter secours au capitaine serait considéré par la plupart comme un monstre. Pourtant il n'en n'est rien.
Conformément aux doutes et rumeurs courant encore aujourd'hui sur les animaux de Mortepente, l'individu ressemble à un lion pesant presque une tonne. Sa tête est couronnée de deux cornes divergentes qui s’enroulent gracieusement en trois spires et dispose d'ailes géantes en peau. Si un Polard voyait la bête, cela lui rappellerait des statues ornant les grands escaliers de la ville, les citernes et les fontaines. Un érudit, lui, se rappellerait d'esquisses dans de vieux travaux datant de l'âge des chimères.
L'animal porterait le nom de Gerion, quoique les noms de Triformis ou Tricorpor apparaissent également. Il est supposé avoir été créé par les elfes, avant que ces derniers eussent créé les Pégases et Chevalumes. Faute de spécimens à se mettre sous le nez, l'existence d'un tel animal n'a jamais été avérée.
A l'instar des Chevalumes, le Gerion serait particulièrement intelligent et vif. Il vit en solitaire et a une capacité particulière à communiquer avec les autres animaux, servant souvent de chef de meute.
Utiliser Mécendre en jeu:
1- Un érudit a retrouvé le rapport du capitaine et a enrôlé des hommes pour une chasse au monstre. Son héritière contacte nos Porteurs pour retrouver son grand-père, parti depuis des mois. Les Porteurs doivent suivre les traces de l'ancienne troupe pour comprendre où se trouve l'érudit, s'il est vivant, et dans quel merdier il s'est fourré.

2- Les Porteurs doivent trouver refuge et arrivent à Mécendre. Il font face à des loups qui ne semblent pas vouloir les attaquer mais cherchent à les amener à leur "chef". Le Gérion est un monstre aux pouvoirs de télépathie, protecteur d'un ancien laboratoire elfe, où il a été conçu. L'endroit est dangereux mais les Porteurs ont la possibilité de farfouiller le donjon elfe pour trouver un remède.

3- Avec la nouvelle politique de sécurisation du l'Empire, on enrôle nos Porteurs pour sécuriser la nouvelle Mécendre. Tandis que des colons viennent rebâtir la ville et relancer son économie, une milice à la charge des Porteur dit sécuriser toute la zone. Les Sekekers sont toujours là, ainsi que les loups, et leur chef…

Répondre