[Prod.Parallèle] Halet

Section pour tous, joueurs de Bloodlust ou meneurs de jeu, sans spoilers ni révélations
Avatar de l’utilisateur
Balt
Messages : 548
Inscription : ven. juin 02, 2017 3:35 pm
Localisation : Brest (29)
Contact :

[Prod.Parallèle] Halet

Message par Balt »

Halet:
Origine:
C'est en parcourant la côte en direction d'Erebus que les premiers explorateurs en partance de Sharcot sont tombés sur Les Eclats.Cherchant de l'eau douce dans les nombreux ruisseaux, ils constatèrent que la zone était riche en filons de gemmes et pierres précieuses. Très rapidement, la famille du chanceux explorateur fit construire les prémices de Halet pour servir de centre d'exploitation, et gérer la main d'oeuvre que les mines allaient avoir besoin. Face à l'énorme tâche à venir, le petit explorateur s'allia à la maison Bathras Nernjial, propriétaire de son bateau et principal armateur de la Nation, qui, sans surprises, prit finalement possession de toute l'exploitation et en tira tous les bénéfices. Aujourd'hui, les mines sont gérées par Esaoual ab'al Nernjial isn Lehuna. Les couleurs de la famille, vert et or, sont un clin d'oeil à l'une des origines de leur fortune, les émeraudes et l'or.

Une ville à deux visages:
Située en partie à flanc de falaise, Halet n'est en elle-même pas une très grande ville. Avec ses huit mille habitants, elle aurait même pu passer inaperçu si son impact dans le jeu des pouvoirs n'était pas si important. Malgré sa taille et sa localisation, elle n'en reste pas moins cruciale dans l'économie de la Nation et explique pourquoi la famille ab'al Nernjial siège au conseil.
L'économie de Halet repose essentiellement sur l'exploitation de deux matières première.
D'une part, la roche riche en gemmes procure toute sorte de pierres précieuses dont les femmes batra sont folles, mais également d'autres sortes de minéraux utilisés dans le travail des épices, sous des formes diverses et variées.
D'autres part, la forêt avoisinante est largement exploitée, pour en tirer des essences rares et exotiques, mais aussi pour servir de matière brute à la construction de bateaux. Plusieurs sites de chantiers navals ont ainsi été créés autour d'Halet, chacun servant pour un type de bateau particulier.

A l'abri des regards
De par sa localisation géographique, la ville d'Halet ne souffre pas trop d'attaques de brigands ou de Sekekers. Le voyage est long jusqu'à la ville et ses remparts sont ici trop bien surveillés pour que la ville puisse risquer le pire. Le commerce génère tant d'argent que la famille ab'al Nernjial n'a aucune intention de lésiner sur la protection du site et risquer de perdre sa poule aux oeufs d'or. Que cela soit sur terre ou sur mer, les patrouilles et éclaireurs sont légions et préviennent toujours très tôt des risques alentours.
L'isolation du reste du monde permet aussi à Halet de faire son petit business à l'abris des regards et des espions. Même si ces derniers existent sans l'ombre d'un doute, les Nernjial ont une grande confiance sur le fait d'avoir gardé secret la position des mines les plus productives et les accords commerciaux officieux, autrement dits, les transactions de dessous de table.

De la main d'oeuvre pas chère
La main d'oeuvre dans la Nation n'a jamais vraiment été un problème et nombres d'esclaves sont envoyés dans les mines ou dans les bois. On y trouve également quelques détenus ici ou là, purgeant une peine à durée variable. Entre le travail éreintant, l'isolement géographique et l'absence de soin de la part des matons, rares sont ceux qui arrivent à survivre plus de quelques années.
Ceux affiliés à la forêt sont à peine mieux traités. Certes, le travail y est nettement moins dur que dans les mines, mais entre les brigands et les prédateurs sauvages et sanguinaires qui peuplent les bois, le danger y est permanent, et chaque jour passé est une victoire sur la veille. Pour éviter des hécatombes qui auraient un impact économique trop important, plusieurs groupes armés patrouillent les environs de Halet. Tandis que ceux-ci tentent de déloger les prédateurs, les esclaves travaillent sans presque aucune surveillance. Certains pourront s'étonner de cette étonnante souplesse mais les travailleurs savent très bien que fuir dans la forêt est le meilleur moyen de servir de repas pour une meute de bestiaux locaux affamés.
Le travail dans les chantiers navals n'échappe pas à la règle, bien que le choix des individus et leur nombre est soumis à un examen beaucoup plus sévère. Les chantiers navals demandent une main d'oeuvre qualifiée et dévouée. Travailler ici n'est pas de tout repos mais la bonne compétence y est saluée, voire récompensée. La preuve en est que le taux de mortalité y est faible, et que certains des anciens détenus ayant purgé leur peine ont accepté de continuer à y travailler, moyennant salaire.

Trafic et banditisme
On a beau vivre loin des terres roses, lorsqu'il y a profit potentiel, on trouve toute sorte de racailles.
Les plus évidents sont les pirates qui tentent d'aborder les convois de pierres précieuses. Leur présence est permanente et les gredins connaissent par coeur les récifs alentours. Jouant au chat et à la souris, ces derniers cherchent au mieux à faire échouer les bâtiments là où ils pourront plonger pour récupérer la cargaison plus tard, mais peuvent tout aussi bien tenter d'éperonner les vaisseaux marchands.
L'issue d'une rencontre avec des pirates se joue souvent au bluff, ou à l'intimidation. Comme souvent, la manifestation des pouvoirs d'une Arme-Dieu sur le pont suffit généralement à faire déguerpir les gredins pas téméraires pour un sou.

Une dépendance couteuse
De part son manque d'autonomie, Halet a besoin de vivres en quantité pour survivre. Ainsi, le ballet entre Sharcot et la ville est incessant. Nourriture, matière première, outils spécifiques, tout est importé. Cette dépendance nécessite que les bateaux puissent arriver sans encombres. Il n'est malheureusement pas rare que certains bâtiments soient coulés, créant des crises chroniques.
Les esclaves sont ici aussi les premiers à subir les pénuries de nourriture et la sous nutrition est aussi responsable de nombres d'accidents.

Le loup dans la bergerie
A force de rapports de force entre les familles Bathras et d'accords commerciaux forcés, la famille Nernjial a officiellement autorisé l'exploitation de la pointe des éclats à d'autres familles. Officieusement, la raison de cette autorisation semble être dû à une solution pour endiguer la série de meurtres sur plusieurs membres de leur famille. Aujourd'hui, trois autres familles Bathras influentes creusent la roche afin d'en extraire les gemmes précieuses.
Les sites d'exploitation des gisements sont multiples et désormais sous bonne garde. Il est en effet devenu presque courant de se voir attaqué par une exploitation voisine et se voir dérober l'extraction de la semaine, voire l'exploitation de la mine en elle-même. Se protéger des concurrents désireux de prendre un peu d'avance sur le marché a amené les quatre famille à repenser la sécurité du secteur. La présence de Porteurs en est l'une des manifestations les plus évidentes.
Les dessous de Halet
Chantier navals sous haute sécurité
Lorsque l'on dispose de plusieurs chantiers navals loin de tout, il est facile de construire des bateaux en secret.
C'est ce qu'a mis en place Erouan ab'al Nernjial, l'administrateur de la ville. Situé à quelques kilomètres de Halet, un petit chantier naval créé des bateaux spécialisés dans l'éperonnage et la piraterie. Ces bateaux sont prêtés à des "corsaires" que la famille paie pour attaquer en priorité les chargement des familles concurrentes. Les intermédiaires dorment en ville au bouge de 'Le bout étoilé" et font la navette entre les deux camps lorsqu'une cargaison est sur le point de partir.
Trafic de pierres
Moins soumis au contrôle que l'épice, le trafic de gemmes est bien présent à Halet. Mais ce qui fait sa particularité est que le trafic a été créé par la famille Nernjial afin de mieux le contrôler de l'intérieur. Sachant pertinemment qu'il aurait fait surface tout seul, la famille a préféré se positionner et implanter des taupes de le début afin de mieux surveille son ampleur. Tant que les pertes restent acceptables, rien n'est réellement fait pour récupérer les marchandises ni punir les contrevenants. Ceci est bien compris par tout le monde et l'identité des hommes au sommet de la pyramide est un secret de polichinelle.
OPA sur le quai
La famille ab Kerhifa exploite actuellement les Eclats, consciente qu'elle ne récupère que les miettes de ce que pourrait offrir toute l'exploitation. Et elle a décidé de lancer un plan d'attaque audacieux. Erouan ab'al Nernjial souffre de problèmes cardio-vasculaires mais contrairement à ce que disent les médecins, cela n'est pas naturel. L'homme est en effet régulièrement empoisonné grâce à un mélange d'épices indétectables et de cobalt. L'idée des Kerhifa est de se débarrasser de la tête de la pyramide pour ensuite arriver à empoisonner les citernes de la ville avec quelque chose de plus virulent. En se débarrassant du gros des protecteurs de Halet, les Kerhifa veulent prendre le relais en accusant les autres familles de tentative d'empoisonnement. Se positionnant aux côtés des Nernjial, ils veulent faire en sorte de renégocier l'exploitation de la pointe des Eclats et établir un contrat à deux exploitants seulement, à part égale.
Utiliser Halet en jeu:
1- Les Porteurs sont recrutés pour déloger une bande de bandits qui massacrent les équipes de mineurs. De par la géologie accidentée, la tâche est ardue et les Porteurs vont devoir mettre en exergue un contrat entre les brigands et une famille Bathras exploitant les mines. Les brigands disposent d'un bateau amarré tantôt au milieu d'une crique aux eaux calmes, tantôt dans l'antre d'une caverne naturelle.
Twist: Le chef d'une des exploitations est de mèche avec les bandits et les renseigne sur la localisation des mines à nettoyer.

2- Quelque chose massacre les bucherons en herbes dans la forêt d'Halet, compliquant le travail dans les chantiers navals. Les Porteurs pensent tantôt devoir faire face à des Sekekers venues jusque là pour attaquer la ville, tantôt faire face à des animaux sauvages intelligents.
Twist: Le chef des détenus est un Porteur d'une arme mineure de la mort Carmin qui cherche juste à foutre le bordel et semer la panique. Son plaisir évident de lire l'angoisse dans les yeux des détenus est un des rares signes de son implication.

3- Les Porteurs sont envoyés enquêter sur la disparition d'un maitre charpentier de marine, en charge de la construction d'un bateau censé révolutionner la navigation. Les pistes sont minimes et soulignent que l'homme avait des dettes auprès d'usuriers de la ville. La piste mène jusqu'à la consommation d'épices contrôlés et le trafic d'épices. Sur les chantiers, les rumeurs parlent de stress important, d'irritabilité et d'erreurs de fabrication et montages à répétition. Il aurait trainé avec des contrebandiers notoires et nombreux sont ceux qui pensent qu'il a volé des plans et s'est enfui pour les vendre au plus offrant. Pourtant, aucun bateau n'est parti avec pour occupant une personne de sa description.
L'homme a un passé criminel et a été reconnu par un ouvrier. Après avoir subit du chantage et racket pendant plusieurs semaines, le chef charpentier s'est rebellé et une bagarre a éclaté. Un incendie a ravagé le bouge et plusieurs corps ont été retrouvé, dont celui d'un membre éloigné de la famille Nernjial. Mais pas celui du charpentier. Celui-ci a survécu. Il a rasé ses cheveux ainsi que sa barbe et tente de se faire oublier en travaillant comme simple charpentier dans un autre chantier, plus isolé. Il fait profil bas, pensant qu'on lui imputera la mort du Bathras et qu'il sera pendu, ou pire.
Dernière modification par Balt le dim. juin 28, 2020 9:13 am, modifié 2 fois.

Avatar de l’utilisateur
Balt
Messages : 548
Inscription : ven. juin 02, 2017 3:35 pm
Localisation : Brest (29)
Contact :

Re: [Prod.Parrallèle] Halet

Message par Balt »

Et son petit croquis de travail, histoire de se donner une vague idée de ce à quoi elle pourrait ressembler, servant aussi de visuel comme référence pour un travail ultérieur, plus gros avec moult détails en plus.

Image

Au fond, la forêt
A droite, le site d'exploitation du bois
En bas, à droite, le port de commerce et la basse-ville
En bas à gauche, les chantiers navals
En haut, la haute-ville

Répondre